Je rentre aujourd’hui de Londres où j’ai pu assister au fameux Carnaval de Notting Hill. Vous ne connaissez pas ? Et bien, c’est le plus grand festival de rue d’Europe et il se déroulait cette année les 26 et 27 août. 
En 1959, initiés par les populations noires immigrées issues des Caraïbes, ce carnaval connut sa première édition. Dans les années 1970 et 1980, c’était un lieu d’affrontement entre policiers et jeunes immigrés. Signe de contestation à cette époque, c’est aujourd’hui le symbole et la vitrine anglaise de la bonne intégration des immigrés. 

Cette année encore, une myriade de couleurs éclairerait le quartier de Londres. Les participants étaient parés de leurs plus beaux atours.  De la musique entrainante a enivré plus d’un visiteur, bref : la bonne humeur et la joie de vivre ou comment, avant la rentrée, oublier tous ses soucis.

Je rentre aujourd’hui de Londres où j’ai pu assister au fameux Carnaval de Notting Hill. Vous ne connaissez pas ? Et bien, c’est le plus grand festival de rue d’Europe et il se déroulait cette année les 26 et 27 août. 

En 1959, initiés par les populations noires immigrées issues des Caraïbes, ce carnaval connut sa première édition. Dans les années 1970 et 1980, c’était un lieu d’affrontement entre policiers et jeunes immigrés. Signe de contestation à cette époque, c’est aujourd’hui le symbole et la vitrine anglaise de la bonne intégration des immigrés. 

Cette année encore, une myriade de couleurs éclairerait le quartier de Londres. Les participants étaient parés de leurs plus beaux atours.  De la musique entrainante a enivré plus d’un visiteur, bref : la bonne humeur et la joie de vivre ou comment, avant la rentrée, oublier tous ses soucis.

Sacré Lily, toujours à surprendre ses amis !
 
Je ne vous en ai sans doute jamais parlé mais ma meilleure amie Lily est sur le point de se marier ! Je suis très heureux pour elle, elle le mérite grandement et son mari doit être le plus heureux des hommes. Elle s’est d’ailleurs présentée chez moi il y a quelques jours et j’ai cru que j’allais avaler mes plumes quand elle m’a demandé … d’être son témoin !
 
Elle est venue chez moi et à peine en avait-elle franchi le seuil qu’elle me l’annonçait : « Tobi, mon ami, est ce que tu voudrais bien être le témoin de mon mariage ? ». Je ne vous raconte pas ma joie. A battre énergiquement des ailes j’ai failli me cogner au plafond. Je lui ai directement répondu par la positive. 
 
Mais là vient le point noir, elle a osé me demander de me changer pour l’occasion : retirer mon écharpe, mes lunettes et mon casque, vous vous rendez compte ?!? En même temps, sans son audace, je ne l’aimerais pas autant, et pour son mariage je me suis dit que j’allais faire un effort. Surtout que je suis également photographe officiel de l’événement et j’aurais l’honneur de distribuer les cartes aux invités. Mon talent de photographe va enfin se révéler au grand jour et cela lors du plus beau jour de ma meilleure amie. 
 
En résumé, une journée qui valait son pesant d’or, un mariage à préparer et une magnifique mariée à satisfaire, je peux bien faire cela pour ma petite Lily. 
Pour avoir cette histoire au travers des yeux de Lily : http://blog.lily-liste.com/17753-tobi-mon-temoin-de-mariage

Sacré Lily, toujours à surprendre ses amis !

 

Je ne vous en ai sans doute jamais parlé mais ma meilleure amie Lily est sur le point de se marier ! Je suis très heureux pour elle, elle le mérite grandement et son mari doit être le plus heureux des hommes. Elle s’est d’ailleurs présentée chez moi il y a quelques jours et j’ai cru que j’allais avaler mes plumes quand elle m’a demandé … d’être son témoin !

 

Elle est venue chez moi et à peine en avait-elle franchi le seuil qu’elle me l’annonçait : « Tobi, mon ami, est ce que tu voudrais bien être le témoin de mon mariage ? ». Je ne vous raconte pas ma joie. A battre énergiquement des ailes j’ai failli me cogner au plafond. Je lui ai directement répondu par la positive.

 

Mais là vient le point noir, elle a osé me demander de me changer pour l’occasion : retirer mon écharpe, mes lunettes et mon casque, vous vous rendez compte ?!? En même temps, sans son audace, je ne l’aimerais pas autant, et pour son mariage je me suis dit que j’allais faire un effort. Surtout que je suis également photographe officiel de l’événement et j’aurais l’honneur de distribuer les cartes aux invités. Mon talent de photographe va enfin se révéler au grand jour et cela lors du plus beau jour de ma meilleure amie.

 

En résumé, une journée qui valait son pesant d’or, un mariage à préparer et une magnifique mariée à satisfaire, je peux bien faire cela pour ma petite Lily. 

Pour avoir cette histoire au travers des yeux de Lily : http://blog.lily-liste.com/17753-tobi-mon-temoin-de-mariage

La Bolivie – Fin du voyage ! 
Après avoir traversé l’Equateur et le Pérou, je suis dorénavant en Bolivie. Le pays des lamas, le pays aux deux capitales, un paradis pour quiconque aime les beaux paysages et les vues fantastiques. Bolivie, pour moi, ce fut surtout La Paz, capitale la plus haute du monde (3660m), qui en déroute plus d’un. J’ai été conquis également par Sucre, le « Paris de l’Amérique du Sud ». Son style baroque et ses blancs édifices m’ont fait vibrer de la tête jusqu’au bout des ailes !
Mais la Bolivie, c’est aussi Salar d’Uyuni, le plus vaste désert de sel du monde. Les pics y sont extraordinaires  et situés à plus de 6000m d’altitude.
 
Une dernière étape qui conclue à merveille ce petit road trip sud-américain. Je souhaite déjà y retourner, vous venez avec moi ?

La Bolivie – Fin du voyage ! 

Après avoir traversé l’Equateur et le Pérou, je suis dorénavant en Bolivie. Le pays des lamas, le pays aux deux capitales, un paradis pour quiconque aime les beaux paysages et les vues fantastiques. Bolivie, pour moi, ce fut surtout La Paz, capitale la plus haute du monde (3660m), qui en déroute plus d’un. J’ai été conquis également par Sucre, le « Paris de l’Amérique du Sud ». Son style baroque et ses blancs édifices m’ont fait vibrer de la tête jusqu’au bout des ailes !

Mais la Bolivie, c’est aussi Salar d’Uyuni, le plus vaste désert de sel du monde. Les pics y sont extraordinaires  et situés à plus de 6000m d’altitude.

 

Une dernière étape qui conclue à merveille ce petit road trip sud-américain. Je souhaite déjà y retourner, vous venez avec moi ?

Le Pérou : Deuxième étape de mon périple sud américain 
 
Me voilà maintenant au Pérou où les paysages n’ont rien à envier à ceux de l’Équateur. Parmi les excursions que j’ai entreprises, quelques lieux sont immanquables. Je vias donc vous en faire une description rapide. 
1/ Le Lac Paron que j’ai survolé est situé dans la Cordillère Blanche et est entouré de pics enneigés. Il fait partie du parc national de Huascaran, déclaré réserve biologique et patrimoine naturel de l’humanité par l’UNESCO en 1985. 
2/ Le Machu Picchu est un vestige inca qui est une des 7 nouvelles merveilles du monde. Ce sanctuaire religieux, lieu de résidence de l’empereur Pachacutec, date du XVe siècle et est considéré comme une œuvre maitresse de l’architecture inca. Cette ville inca, perchée à 2500m d’altitude, est un lieu de passage obligé pour tout visiteur du Pérou qui se respecte. 
3/ Le lac Titicaca. Ce lac est à la frontière entre le Pérou et la Bolivie, prochaine étape de mon périple sud américain. C’est le plus grand lac d’Amérique du Sud en longueur (204km).  Ce lac est parsemé d’iles habitées et d’iles flottantes. Sur ces dernières vivent les Uros et vivent beaucoup du tourisme, car nombreux sont ceux qui veulent découvrir ces iles flottantes. 
 
Après avoir traversé ce lac me voici maintenant en Bolivie pour de nouvelles aventures. 

Le Pérou : Deuxième étape de mon périple sud américain 

 

Me voilà maintenant au Pérou où les paysages n’ont rien à envier à ceux de l’Équateur. Parmi les excursions que j’ai entreprises, quelques lieux sont immanquables. Je vias donc vous en faire une description rapide.

1/ Le Lac Paron que j’ai survolé est situé dans la Cordillère Blanche et est entouré de pics enneigés. Il fait partie du parc national de Huascaran, déclaré réserve biologique et patrimoine naturel de l’humanité par l’UNESCO en 1985.

2/ Le Machu Picchu est un vestige inca qui est une des 7 nouvelles merveilles du monde. Ce sanctuaire religieux, lieu de résidence de l’empereur Pachacutec, date du XVe siècle et est considéré comme une œuvre maitresse de l’architecture inca. Cette ville inca, perchée à 2500m d’altitude, est un lieu de passage obligé pour tout visiteur du Pérou qui se respecte.

3/ Le lac Titicaca. Ce lac est à la frontière entre le Pérou et la Bolivie, prochaine étape de mon périple sud américain. C’est le plus grand lac d’Amérique du Sud en longueur (204km).  Ce lac est parsemé d’iles habitées et d’iles flottantes. Sur ces dernières vivent les Uros et vivent beaucoup du tourisme, car nombreux sont ceux qui veulent découvrir ces iles flottantes.

 

Après avoir traversé ce lac me voici maintenant en Bolivie pour de nouvelles aventures. 

Bonjour à tous,
Me voici lancé dans un périple sud-américain. Je vais faire durant ces quelques jours faire la visite de 3 pays : L’Équateur, le Pérou et enfin la Bolivie. Je n’ai pu voir qu’une partie de ces pays, je n’ai pas des ailes à toute épreuve.

L’Équateur :

De ce pays, je voulais absolument visiter les Iles Galápagos, patrimoine de l’humanité pour la diversité de ses espèces. J’ai pu voir des animaux hors du commun, chevaucher des tortues géantes et rencontrer des pigeons locaux. Ce lieu est plein d’histoires et nous a permis de comprendre beaucoup de choses sur l’évolution des espèces. Darwin y étudia en 1835 les espèces, recherches qui aboutirent en 1859 avec son étude sur l’évolution des espèces et la sélection naturelle.
Je me suis ensuite enfoncé dans le pays et ai franchi quelques monts. Parmi ceux-ci, j’ai spécialement aimé le plus haut sommet du pays, un ancien volcan du nom de Chimborazo. Funny Fact : il peut être considéré comme le plus haut sommet de la terre, son sommet est le point le plus éloigné du centre de la terre. C’est donc le point le plus proche du soleil sur Terre.  Toutefois, conventionnellement, les altitudes sont calculées par rapport au niveau de la mer, faisant de l’Everest le sommet le plus éloigné du niveau 0 de la mer.
Après cette halte montagnarde, je me dirige dorénavant vers le Pérou…

Bonjour à tous,

Me voici lancé dans un périple sud-américain. Je vais faire durant ces quelques jours faire la visite de 3 pays : L’Équateur, le Pérou et enfin la Bolivie. Je n’ai pu voir qu’une partie de ces pays, je n’ai pas des ailes à toute épreuve.

L’Équateur :

De ce pays, je voulais absolument visiter les Iles Galápagos, patrimoine de l’humanité pour la diversité de ses espèces. J’ai pu voir des animaux hors du commun, chevaucher des tortues géantes et rencontrer des pigeons locaux. Ce lieu est plein d’histoires et nous a permis de comprendre beaucoup de choses sur l’évolution des espèces. Darwin y étudia en 1835 les espèces, recherches qui aboutirent en 1859 avec son étude sur l’évolution des espèces et la sélection naturelle.

Je me suis ensuite enfoncé dans le pays et ai franchi quelques monts. Parmi ceux-ci, j’ai spécialement aimé le plus haut sommet du pays, un ancien volcan du nom de Chimborazo. Funny Fact : il peut être considéré comme le plus haut sommet de la terre, son sommet est le point le plus éloigné du centre de la terre. C’est donc le point le plus proche du soleil sur Terre.  Toutefois, conventionnellement, les altitudes sont calculées par rapport au niveau de la mer, faisant de l’Everest le sommet le plus éloigné du niveau 0 de la mer.

Après cette halte montagnarde, je me dirige dorénavant vers le Pérou…

La combinaison parfaite : Popsicolor et Cardagram
 
Je vais aujourd’hui parler peinture. J’ai découvert il y a peu une appli qui pourrait vous faire plaisir à tous : Popsicolor. Cette application permet de créer une aquarelle à partir de vos photos. Imaginez que vous êtes capable de transformer vos photos en oeuvres d’art pleines de couleur. C’est possible maintenant grâce à Popsicolor. L’application est 0.99euro mais la beauté et la finition sont inégalées; Envoyez donc des peintures comme cartes postales et faites en sourire plus d’un !! 
 
Cardagram y gagne avec Popsicolor à ses côtés. N’hésitez plus. Téléchargez l’application.
 
Lien vers la vidéo : http://vimeo.com/44146459
Lien vers l’app store : http://itunes.apple.com/us/app/percolator/id534529577?mt=8
 

La combinaison parfaite : Popsicolor et Cardagram

 

Je vais aujourd’hui parler peinture. J’ai découvert il y a peu une appli qui pourrait vous faire plaisir à tous : Popsicolor. Cette application permet de créer une aquarelle à partir de vos photos. Imaginez que vous êtes capable de transformer vos photos en oeuvres d’art pleines de couleur. C’est possible maintenant grâce à Popsicolor. L’application est 0.99euro mais la beauté et la finition sont inégalées; Envoyez donc des peintures comme cartes postales et faites en sourire plus d’un !!

 

Cardagram y gagne avec Popsicolor à ses côtés. N’hésitez plus. Téléchargez l’application.

 

Lien vers la vidéo : http://vimeo.com/44146459

Lien vers l’app store : http://itunes.apple.com/us/app/percolator/id534529577?mt=8

 

Le Photojournalisme

Le photojournalisme existe depuis la création de la photographie et répond à la demande des différents journaux d’illustrer leurs pages. Ainsi, dès 1910, Pierre Laffitte sort le premier journal illustré : l’Excelsior.  La multiplication de ces derniers entraine l’apparition d’un nouveau métier : le photojournalisme rendu célèbre par le Docteur allemand Erich Salomon qui photographie des gens à leur insu dans des lieux interdits. Des années 1920 aux années 1970 se développent les plus grandes agences de news photos. Parmi les plus célèbres, il y a Sipa, Gamma et Sygma. Se forment également des coopératives indépendantes de reporters internationaux pour assurer l’indépendance morale et matérielle des photographes face au marché et conserver leurs droits légitimes sur leurs œuvres. Magnum en reste l’exemple le plus connu (Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, David Seymour et Georges Rodger). C’est à cette époque que les plus grands news magazines centrés sur la photo font leur apparition : Time, Newsweek, Match, Vu… Aujourd’hui la plupart des agences sont concentrées ou ont été rachetées par des plus gros groupes qui privilégient la diffusion d’images d’illustration (standardisées et encadrées) à la diffusion d’images d’actualité brutes. 
 
Le photojournalisme, outre son histoire, a toujours eu une force propre, pure que possèdent difficilement les textes écrits. Sa force réside dans sa capacité à émouvoir et captiver l’observateur afin de lui passer un message (espoir, dégoût, pitié, colère). La photographie permet aussi de constituer une preuve supplémentaire illustrant le propos du texte. Cela donne une légitimité supérieure au papier. « La photographie, c’est la vérité » Jean Luc Godard. Ainsi Henri Bureau, grand photojournaliste prend des clichés saisissants : De Gaulle sortant de l’hélicoptère en 1968 après son séjour à Baden Baden, la photo d’un supposé agent de la police politique portugaise entouré de soldats en armes en 1974… Quoi de plus vivant et prenant que cet art du photojournalisme où tous les grands, sans exception se sont frottés : Henri Cartier Bresson, Robert Capa, Henri Bureau, Robert Doisneau, Roger Pic, Marc Riboud…
 
Merci à eux pour les risques qu’ils prennent pour nous apporter la vérité sur un plateau au travers d’un cliché. 
 
 
 
 
 

Le Photojournalisme

Le photojournalisme existe depuis la création de la photographie et répond à la demande des différents journaux d’illustrer leurs pages. Ainsi, dès 1910, Pierre Laffitte sort le premier journal illustré : l’Excelsior.  La multiplication de ces derniers entraine l’apparition d’un nouveau métier : le photojournalisme rendu célèbre par le Docteur allemand Erich Salomon qui photographie des gens à leur insu dans des lieux interdits. Des années 1920 aux années 1970 se développent les plus grandes agences de news photos. Parmi les plus célèbres, il y a Sipa, Gamma et Sygma. Se forment également des coopératives indépendantes de reporters internationaux pour assurer l’indépendance morale et matérielle des photographes face au marché et conserver leurs droits légitimes sur leurs œuvres. Magnum en reste l’exemple le plus connu (Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, David Seymour et Georges Rodger). C’est à cette époque que les plus grands news magazines centrés sur la photo font leur apparition : Time, Newsweek, Match, Vu… Aujourd’hui la plupart des agences sont concentrées ou ont été rachetées par des plus gros groupes qui privilégient la diffusion d’images d’illustration (standardisées et encadrées) à la diffusion d’images d’actualité brutes.

 

Le photojournalisme, outre son histoire, a toujours eu une force propre, pure que possèdent difficilement les textes écrits. Sa force réside dans sa capacité à émouvoir et captiver l’observateur afin de lui passer un message (espoir, dégoût, pitié, colère). La photographie permet aussi de constituer une preuve supplémentaire illustrant le propos du texte. Cela donne une légitimité supérieure au papier. « La photographie, c’est la vérité » Jean Luc Godard. Ainsi Henri Bureau, grand photojournaliste prend des clichés saisissants : De Gaulle sortant de l’hélicoptère en 1968 après son séjour à Baden Baden, la photo d’un supposé agent de la police politique portugaise entouré de soldats en armes en 1974… Quoi de plus vivant et prenant que cet art du photojournalisme où tous les grands, sans exception se sont frottés : Henri Cartier Bresson, Robert Capa, Henri Bureau, Robert Doisneau, Roger Pic, Marc Riboud…

 

Merci à eux pour les risques qu’ils prennent pour nous apporter la vérité sur un plateau au travers d’un cliché.

 

 

 

 

 

Tobi en Inde, le palais d’Udaipur
Cette fois, je suis à Udaipur, dans l’état du Rajasthan, en Inde. Cette ville est située dans le nord ouest du pays  indien. Sa particularité : la présence sur le lac Pichola d’un palais impérial construit au XVIIe siècle par l’empereur Maharana Jagjit Singh. Le palais devint rapidement la résidence d’été de la cour entière. Cette bâtisse témoigne de la tendance des moghols à être des mécènes éclairés en matière d’architecture et d’art. Ces derniers ont érigé de nombreux palais d’une magnificence inégalée à l’époque comme le Taj Mahal.
Pour revenir au palais d’Udaipur, rappelons qu’il est un des édifices les plus magnifiques d’Inde : les cours ouvertes parsemées de colonnes rivalisent de beauté avec les jardins suspendus et les fontaines.  Aujourd’hui transformé en hôtel, vous pouvez dormir dans ce lieu d’exception, témoin de l’âge d’or des empereurs moghols. 

Tobi en Inde, le palais d’Udaipur

Cette fois, je suis à Udaipur, dans l’état du Rajasthan, en Inde. Cette ville est située dans le nord ouest du pays  indien. Sa particularité : la présence sur le lac Pichola d’un palais impérial construit au XVIIe siècle par l’empereur Maharana Jagjit Singh. Le palais devint rapidement la résidence d’été de la cour entière. Cette bâtisse témoigne de la tendance des moghols à être des mécènes éclairés en matière d’architecture et d’art. Ces derniers ont érigé de nombreux palais d’une magnificence inégalée à l’époque comme le Taj Mahal.

Pour revenir au palais d’Udaipur, rappelons qu’il est un des édifices les plus magnifiques d’Inde : les cours ouvertes parsemées de colonnes rivalisent de beauté avec les jardins suspendus et les fontaines.  Aujourd’hui transformé en hôtel, vous pouvez dormir dans ce lieu d’exception, témoin de l’âge d’or des empereurs moghols. 

Henri Cartier Bresson, Les Enfants


De l’Art Photographique - 1ère Partie

La photographie appartient, selon la classification des arts, au 8e art. Celle-ci est, à la base, un moyen technique et mécanique de capturer le moment présent. Comme le dit très justement Martine Franck, « La photographie est un fragment de temps qui ne reviendra pas. ».
Qualifiée de non-art à ses débuts, cette dernière s’est imposée au fur et à mesure grâce à de nombreux grands photographes qui ont réussi à démontrer le caractère artistique de cette activité. En effet, qualifiée à tort d’objective, on pensait que tout un chacun aurait l’opportunité de faire les mêmes clichés s’ils en avaient l’occasion et l’envie, ce qui met à mal un des principaux caractères artistiques : l’unicité de l’œuvre. Toutefois, on s’est vite rendu compte que la photographie dépend de nombreux facteurs choisis par l’exécutant et modifiant de manière nette le cliché : la lumière, l’angle de vue, la perspective, les déformations lors de la prise du cliché puis, en laboratoire, le photomontage, la présence ou non de couleurs etc… 

Henri Cartier Bresson, Les Enfants

De l’Art Photographique - 1ère Partie

La photographie appartient, selon la classification des arts, au 8e art. Celle-ci est, à la base, un moyen technique et mécanique de capturer le moment présent. Comme le dit très justement Martine Franck, « La photographie est un fragment de temps qui ne reviendra pas. ».

Qualifiée de non-art à ses débuts, cette dernière s’est imposée au fur et à mesure grâce à de nombreux grands photographes qui ont réussi à démontrer le caractère artistique de cette activité. En effet, qualifiée à tort d’objective, on pensait que tout un chacun aurait l’opportunité de faire les mêmes clichés s’ils en avaient l’occasion et l’envie, ce qui met à mal un des principaux caractères artistiques : l’unicité de l’œuvre. Toutefois, on s’est vite rendu compte que la photographie dépend de nombreux facteurs choisis par l’exécutant et modifiant de manière nette le cliché : la lumière, l’angle de vue, la perspective, les déformations lors de la prise du cliché puis, en laboratoire, le photomontage, la présence ou non de couleurs etc… 

Salut à tous,
Comme vous pouvez le voir, je me pavane à San Francisco, magnifique ville de la Côte Ouest. Toutefois je dois vous avouer que je n’en peux plus, j’ai si mal de jambes, ce n’est pas tout plat ! A ce moment précis, vous vous demandez pourquoi je fais tout à pied alors que je peux facilement survoler toute la ville. Et bien pour tout vous dire, voler au dessus de San Fran serait suicidaire. Avec tout ce brouillard, impossible de voir à plus de 2 mètres devant moi, peur de rentrer en pleine face d’une mouette ! Ma plus dangereuse aventure a été de survoler le Golden Gate Bridge.  Naïf que je suis, j’ai décidé de voler au dessus du pont, grave erreur ! Quand j’ai voulu rentrer, le brouillard était si épais, impossible. Je n’ai donc pas eu le choix que de revenir à pied ! Connaissez-vous la longueur du pont ? Et bien, je vais vous le dire plus de 2,7km c’est-à-dire 27km en pas de pigeons, j’ai mis 8h…
Si vous me le permettez je vais m’arrêter là pour cette épopée californienne et vais voir s’il n’y a pas un espace massage près d’ici… Besoin de repos pour ma prochaine aventure !

Salut à tous,

Comme vous pouvez le voir, je me pavane à San Francisco, magnifique ville de la Côte Ouest. Toutefois je dois vous avouer que je n’en peux plus, j’ai si mal de jambes, ce n’est pas tout plat ! A ce moment précis, vous vous demandez pourquoi je fais tout à pied alors que je peux facilement survoler toute la ville. Et bien pour tout vous dire, voler au dessus de San Fran serait suicidaire. Avec tout ce brouillard, impossible de voir à plus de 2 mètres devant moi, peur de rentrer en pleine face d’une mouette ! Ma plus dangereuse aventure a été de survoler le Golden Gate Bridge.  Naïf que je suis, j’ai décidé de voler au dessus du pont, grave erreur ! Quand j’ai voulu rentrer, le brouillard était si épais, impossible. Je n’ai donc pas eu le choix que de revenir à pied ! Connaissez-vous la longueur du pont ? Et bien, je vais vous le dire plus de 2,7km c’est-à-dire 27km en pas de pigeons, j’ai mis 8h…

Si vous me le permettez je vais m’arrêter là pour cette épopée californienne et vais voir s’il n’y a pas un espace massage près d’ici… Besoin de repos pour ma prochaine aventure !